L’Opinion – Nouveau cadre fiscal: beaucoup de gagnants et quelques perdants – 30/03/2018

3
Avr

Laura CASTINEIRAS, Responsable de l’Ingénierie de la Rémunération et de la Protection Sociale, et Stéphane FLANDIN, Responsable de l’Ingénierie Patrimoniale, ont été cités dans un article de L’Opinion traitant du nouveau cadre fiscal induit par la Loi de Finances pour 2018, qui est paru dans le numéro du 30/03/2018 (ainsi que sur le site internet du quotidien). Retrouvez ci-dessous quelques extraits de cet article cosigné par Mireille Weinberg et Françoise Icelle.

 
L'Opinion - Nouveau cadre fiscal: beaucoup de gagnants et quelques perdants - 30/03/2018

 

Extaits :

« C’est suffisamment rare pour être souligné : la flat tax, ce nouveau mode de taxation des revenus financiers, est applaudie par les épargnants. Pour autant, tous les investisseurs ne profitent pas également des bienfaits du dispositif. Et l’année blanche précédant le prélèvement de l’impôt à la source brouille les cartes. […]

Y a-t-il moyen d’optimiser le PFU ? Peut-être, mais avec un luxe de précautions. « Les dirigeants d’entreprise fortement fiscalisés qui privilégieraient le versement d’un dividende soumis au PFU plutôt qu’une rémunération taxée à l’impôt sur le revenu doivent rester prudents. L’amendement prévoyant que le PFU sur dividende ne serait accordé qu’à hauteur de 10 % de la valeur des titres détenus pourrait être réintroduit dans une loi de finances rectificatives d’automne. Mieux vaut attendre pour décider », conseille Laura Castineiras, responsable ingénierie rémunération chez Expert & Finance. […]

Pour autant, la pierre ne perd pas son intérêt. « L’immobilier reste un actif que l’on peut constituer en ayant recours à l’emprunt. Loger ses biens locatifs ou ses SCPI dans une société civile imposée à l’impôt sur les sociétés aboutit à un résultat fiscalement avantageux : pour certains foyers fiscaux, le cumul impôt sur les sociétés + PFU sur les dividendes reste inférieur à l’impôt sur les revenus fonciers augmenté des contributions sociales. Mais cela induit des coûts de gestion qui réservent l’opération à des patrimoines permettant de les rentabiliser », prévient Stéphane Flandrin, directeur de l’ingénierie patrimoniale chez Expert & Finance. […] »

Source : L’Opinion| 30/03/2018 | Nouveau cadre fiscal: beaucoup de gagnants et quelques perdants | Par Mireille Weinberg et Françoise Icelle