2018, c’est l’année du déficit foncier !

9
Juil

Partager sur :

Nous vivons une année unique dans l’histoire de la fiscalité française : une année sans impôt, une année blanche avec la mise en place du prélèvement à la source. Cette année, nos revenus ordinaires ne vont pas générer d’impôt.

Cependant, pour ne pas pénaliser l’activité des métiers du bâtiment, l’État a mis en place une mesure incitative pour que les investisseurs supportant des impôts sur les revenus fonciers continuent d’investir en 2018.

Le principe est simple. Exceptionnellement, une dépense de travaux supportée en 2018 s’imputera à hauteur de 100 % sur l’année 2018 et à hauteur de 50 % sur l’année 2019. C’est l’effet 150 % !

Prenons un exemple. Une personne dont les revenus fonciers sont de 20 000 € et qui réalise un investissement immobilier locatif de 200 000 € en 2018 avec 150 000 € de travaux.

En 2018, l’investisseur va pouvoir imputer 100 % des travaux décaissés sur ses revenus fonciers bruts annuels. Le revenu foncier net négatif est de 130 000 € avec un solde de report déficitaire à 119 300 € après imputation sur les revenus globaux.

De la même façon en 2019, les revenus fonciers sont de 20 000 €. Sans avoir décaissé de travaux, l’investisseur a la possibilité de déduire 75 000 € soit 50 % des travaux payés en 2018. Sur le même principe, il peut les imputer sur ses revenus globaux et arriver à un solde de report déficitaire de 163 600 €.

En 2020, celui-ci n’a plus d’imputation de travaux mais peut aller puiser dans l’excédent de son déficit foncier jusqu’à épuisement de ce dernier sur les 8 années suivantes.

Ainsi pour une dépense de 150 000 € de travaux, 197 k€ de revenus seront neutralisés sur 10 ans.

Vous l’aurez compris, si vous êtes imposable au titre des revenus fonciers, 2018 vous donne l’opportunité de créer un déficit foncier reportable supérieur au montant des travaux réellement décaissés.

La sélection des professionnels-opérateurs de ce type d’investissement avec un montant de travaux importants ainsi que la sélection des emplacements à privilégier doivent rester vos principaux critères de sélection.

Vos conseillers Expert & Finance restent à vos côtés pour vous orienter au mieux de vos intérêts dans le cadre de la sélection de ces actifs. N’hésitez pas à solliciter votre conseiller pour plus d’explications.

Vous aimerez aussi :

The following two tabs change content below.

Audrey MARIGLIANO

Diplômée d’un master 2 de l’Institut d'administration des entreprises (IAE) de Lyon orienté aménagement des territoires, Audrey intègre les équipes d’Expert & finance en 2007 et plus spécifiquement la direction de l’immobilier commercial en 2011. Depuis 2016, Audrey est responsable du service, en charge de l’élaboration et de l’animation de la gamme d’investissements directs (Pinel, location meublée, ancien : déficit foncier, Malraux, MH et nue-propriété) et indirects (SCPI, Club-deal, Girardin…).
Partager sur :

Commentaires

  • 12 janvier 2019

    Bonjour
    Je loue en meublé à l’année (LMNP) un bien depuis plusieurs années
    En 2016 j’ai acquis un bien dans lequel j’ai fait des travaux et que j’ai équipé pendant toute l’année 2017.
    Ce bien est loué depuis mai 2018 en meublé à l’année. Lors de ma déclaration d’impots en mai 2019 (revenus de 2018) est-ce que je peux tenir compte des dépenses que j’ai faites en 2017 ? quel régime est avantageux pour moi? micro-BIC ou réel simplifié? Recettes en 2018:=30000€, Travaux + équipements en
    2017 +charges en 2018=32000€. Je n’ai pas de N° Siret.
    Merci de votre réponse

    • Manon Stubbe
      16 janvier 2019

      Bonjour Monsieur,

      L’obtention d’un numéro SIRET est obligatoire dans le cadre d’une activité de location meublée, même exercée à titre non professionnelle.
      La prise en compte des dépenses effectuées avant la mise en location du bien est possible dans certains cas (critère de la nature des dépenses engagées). Par ailleurs, l’option pour le régime micro ou réel est fonction de plusieurs critères, notamment, composition et revenus des membres du foyers, réalisation de déficits…. A noter que l’option pour le régime réel suppose obligatoirement le dépôt d’une déclaration de résultat BIC n°2031.

      Nous nous tenons à votre disposition pour analyser votre situation dans le cadre d’une consultation personnalisée

      Bien à vous,
      L’équipe de rédaction du blog des experts en Patrimoine.

  • 27 novembre 2018

    Bonjour .Que se passe t’il pour les travaux realisės en 2019 . Sont il déductible a 50 % ou à 100% .merci pour votre reponse.

    • Manon Stubbe
      30 novembre 2018

      Bonjour Monsieur,
      La réponse est variable en fonction de la date d’acquisition du bien sur lequel seront réalisés les travaux. Si le bien est acquis en 2018 ou avant, les travaux réalisés en 2019 seront pris en compte à hauteur de 50%, si le bien est acquis en 2019, 100% des travaux réalisés en 2019 pourront être déduits.
      Bien à vous
      L’équipe de rédaction du blog des experts en Patrimoine

  • 21 septembre 2018

    Bonjour, pouvez vous m’expliquer ce qu’est l’amputation sur les revenus globaux, son mécanisme de calcul de façon simple car je n’y connais rien en fiscalité. Merci

    • Manon Stubbe
      2 octobre 2018

      Bonjour Monsieur,

      Nous évoquons l’imputation (non l’amputation) sur les revenus globaux. En effet le déficit foncier est imputable sur les revenus de la même catégorie (les revenus fonciers) mais également sur les revenus globaux dans la limite de 10 700 €.

      Pour connaître en détail ce mécanisme nous vous invitons à prendre connaissance via une source fiable de ce dernier : http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/4142-PGP ou à faire appel à un conseiller en gestion de patrimoine qui pourra vous accompagner à chaque étape.

      L’équipe de rédaction du blog des experts en Patrimoine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.